LESIA - Observatoire de Paris

Conclusion

jeudi 15 janvier 2009, par Renée Prangé et Laurent Pallier

Les aurores polaires sur les planètes du système solaire résultent de la présence d’un champ magnétique propre et d’une atmosphère plus ou moins dense. La position de l’axe du champ magnétique par rapport à la direction du Soleil permet de classer les planètes en deux catégories. La première, qui comprend la Terre, Jupiter et Saturne ont un axe magnétique qui forme un angle élevé constant avec la direction du Soleil permettant la formation de deux ovales auroraux permanents centrés autour des pôles magnétiques. La deuxième catégorie comprend Uranus et Neptune dont l’axe magnétique est amené à pointer dans des directions différentes du fait du mouvement de ces planètes sur elles-mêmes ou sur leur orbite. Les émissions aurorales de ces deux planètes vont donc dépendre de ce mouvement.

Depuis 1995, les astronomes ont détecté la présence de plusieurs dizaines de planètes autour d’étoiles proches du Soleil. Les techniques actuelles n’ont permis pour l’instant que de révéler la présence de planètes géantes de taille comparable ou supérieure à celle de Jupiter. Certaines de ces planètes sont d’ailleurs très proches de leur étoile. Des projets sont élaborés pour détecter les rayonnements visible, infrarouge et radio en provenance de ces planètes. En particulier, des recherches sont en cours pour détecter les ondes radio décamétriques qui seraient émises par des particules chargées en mouvement dans le champ magnétique de ces planètes si elles en possèdent un. Cette détection, si elle aboutit, permettrait de montrer en plus de la présence d’un champ magnétique propre celle d’une activité aurorale.

Bibliographie

  • Du Soleil à la Terre, J. Lilensten et P.L. Blelly, Editions Diffusion Presses Sciences EDP Sciences, coll. Grenoble Sciences, 2000
  • Sous les feux du Soleil, J. Lilensten et J. Bornarel, Editions Diffusion Presses Sciences EDP Sciences, coll. Grenoble Sciences, 2001
  • Aurores boréales et australes, M. Fehrenbach, G. Dawidowicz et R. Marion, GNGL, Pôles d’images, 2001

Liens

  • LESIA : Site du Laboratoire d’Etudes Spatiales et d’Instrumentation Astrophysique (en français)
  • SPVIS (Satellite Polar Visible Imaging System) : Aurores terrestres depuis l’espace (en anglais)
  • NSSDC (National Space Science Data Center) de la NASA : Toutes les sondes spatiales de la NASA (en anglais)

Enfin, nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont fourni les différentes images d’aurores terrestres, notamment Philippe Moussette et Jean-Christophe Dalouzy. Remerciement spécial à Pierre Grolaud.