LESIA - Observatoire de Paris

Migration planétaire : application aux systèmes extrasolaires et solaire

lundi 26 janvier 2009, par Aurélien Crida (DAMTP, University of Cambridge, UK)

Mardi 3 février 2009 à 11h00 , Lieu : Salle de conférence du bât. 17

Au cours de leur formation dans les disques protoplanétaires, les planètes échangent du moment cinétique avec le gaz du disque. Ainsi, elles peuvent ouvrir un sillon dans le disque, et migrer, généralement vers l’étoile centrale. Après une introduction à ces phénomènes, et une revue des processus impliquant une planète seule, ce séminaire se focalisera sur la migration de plusieurs planètes à fois.

Deux planètes peuvent entrer en résonance au cours de leur migration, ce qui permet d’expliquer les paramètres orbitaux de nombreux systèmes extra-solaires. En particulier, nous avons reproduit le système de GJ 876 au moyen de simulations numériques hydro-dynamiques. Sous certaines conditions, la migration d’une paire de planètes en résonance se produit vers l’extérieur. Le cas des exo-planètes récemment découvertes par imagerie directe à plusieurs dizaines d’AU de leur étoile en est peut-être l’illustration.

Enfin, dans le cas du système solaire, la migration des planètes géantes a été de très faible amplitude. Une résonance entre Jupiter et Saturne l’expliquerait. Une telle configuration s’avère compatible avec le modèle de Nice, dans lequel les planètes géantes atteignent leurs orbites actuelles 600 millions d’années après la dissipation du disque protoplanétaire. Les conséquences de ce modèle sur la structure de la Nébuleuse Solaire de Masse Minimale seront discutées.


0 | 10