LESIA - Observatoire de Paris

Soutenance de thèse de Gaétan Le Chat le lundi 13 septembre 2010

jeudi 2 septembre 2010

Titre de la thèse : "Étude du vent solaire à grande échelle"

La soutenance aura lieu le lundi 13 septembre 2010 à 14h00 dans l’amphithéâtre du LAM, à l’Observatoire de Meudon.

Résumé

Depuis les premières mesures in situ du vent solaire en 1960, les propriétés macroscopiques et microscopiques de ce plasma éjecté par le Soleil ont été intensivement étudiées, tant du point de vue théorique qu’observationnel. Aujourd’hui encore, certaines des propriétés du vent solaire sont incomprises, comme par exemple le transport de l’énergie dans un plasma peu collisionnel. Mesurer précisément la température des électrons et leurs propriétés non thermique est nécessaire pour comprendre les propriétés du transport. Pour ce faire, la spectroscopie du bruit quasi-thermique est un outil fiable, en étant moins sensible aux perturbations produites par le satellite que les détecteurs de particules classiques. Le bruit quasi-thermique est produit par les fluctuations du champ électrique causées par le mouvement des charges du plasma directement mesurées par une paire d’antennes reliée à un récepteur radio suffisamment sensible. L’étude de ce bruit permet de déterminer les moments des distributions de vitesses des particules. De nombreux résultats ont ainsi été obtenus à partir du récepteur radio de la sonde Ulysse, en décrivant les distributions des électrons par une somme de Maxwelliennes. Cependant une limitation de l’instrument ne permet pas de mesurer avec une précision suffisante la température totale des électrons avec un tel modèle de fonctions de distribution. Pour pallier à ce problème, une nouvelle méthode d’analyse des spectres de bruit quasi-thermique, utilisant une distribution des électrons de type kappa est proposée. Son application aux données de la sonde Ulysse permet de mesurer les variations avec la distance de la température totale des électrons et de leurs propriétés super thermiques dans le vent solaire. Le profil de température montre un comportement intermédiaire entre adiabatique et isotherme, et le paramètre kappa est constant avec la distance au Soleil. Ces résultats sont en accord avec les modèles exosphériques.

Le vent solaire est également en interaction avec l’ensemble des objets du Système Solaire. Deux exemples d’interactions plasma-poussières sont présentés dans la deuxième partie de cette thèse : l’accélération des nanoparticules et leurs découvertes dans le vent solaire à une unité astronomique ; et la modification du champ magnétique interplanétaire par les poussières cométaires.

Enfin, un point de vue plus global est adopté. Une comparaison du flux d’énergie, qui dans le cas du vent solaire est observé comme étant très stable temporellement et spatialement, est effectuée pour de nombreux vents stellaires. Cette comparaison met en évidence une similitude entre les étoiles de types solaire et les géantes froides, ainsi qu’une éventuelle conséquence de l’accrétion de matière sur les vents stellaires des T-Tauri.