Observatoire de Paris Institut national de recherche scientifique français Univerité Pierre et Marie Curie Université Paris Diderot - Paris 7

La sonde Hayabusa2 de retour sur Terre

jeudi 3 décembre 2020

La sonde Hayabusa2 de la JAXA (agence spatiale japonaise) est bien revenue sur Terre le samedi 5 décembre 2020, avec à son bord la capsule contenant des échantillons de l’astéroïde Ryugu.

Une nouvelle phase de la mission commence avec l’analyse de ces roches. Les échantillons seront partagés par plusieurs centres de recherches internationaux.

L’astéroïde primitif (162173) Ryugu (de type C ), d’environ 1000 mètres de diamètre est situé à 300 millions de kilomètres de la Terre. Ryugu est un astéroïde dont la composition est supposée être riche en matière organique (carbone et matières hydratées), très peu altéré depuis la formation du Système solaire.


Image de l'astéroïde Ryugu prise par la sonde Hayabusa2
Image de l’astéroïde Ryugu prise par la sonde Hayabusa2

Image réalisée le 27 juin 2018 à une distance de 20 km avec un résolution de 2m/pixel.
Crédit image : JAXA


A l’automne 2018, Hayabusa2 a largué quatre atterrisseurs à sa surface : l’un européen, Mascot, a été conçu par le CNES et la DLR (agence spatiale allemande) ; les trois autres, Minerva, par la JAXA (agence spatiale japonaise) pour leurs observations in situ. Dans la même période, la sonde spatiale a effectué deux opérations de prise d’échantillons de matière inaltérée, riche en matériaux organiques.


Orbite de la sonde Hayabusa2 au moment de la séparation de la capsule de rentrée, et trajectoire de descente de cette dernière avec la zone du possible atterrissage.
Crédit : JAXA


Parallèlement à la mission Hayabusa2, la sonde OSIRIS-REx (NASA) est arrivée depuis décembre 2018 autour de Bennu, un astéroïde de 500 mètres de diamètre. Elle a récupéré ses échantillons avec succès en octobre de cette année. Si tout se passe comme prévu, ce matériel reviendra sur Terre en septembre 2023, avec un atterrissage prévu dans l’Utah (États-Unis).

Une chercheuse du LESIA et son équipe participent à l’analyse détaillée des propriétés physiques et de la composition de la surface de Ryugu et Bennu. L’équipe s’intéresse en particulier à la nature et à la distribution des matériaux hydratés et organiques.

Comprendre l’ADN du Système solaire

A partir de l’étude détaillée des matériaux de ces petits corps (qui seront effectués dans des laboratoires sur Terre), les astronomes espèrent comprendre les propriétés du matériel primitif présent dans le Système solaire et possiblement pré-solaire, et donc les conditions primordiales à l’origine de la formation des planètes et de l’émergence de la vie.

A l’inverse des planètes, qui ont subi des processus d’évolution durant leur histoire et ont ainsi été transformées, la plupart des astéroïdes, du fait de leur petite taille, sont supposés avoir gardé la mémoire de la composition d’origine du disque proto-planétaire dans lequel ils se sont formés.

L’analyse de ces échantillons permettra donc de répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les processus qui se produisent dans le Système Solaire jeune et qui accompagnent la formation des planètes ?
  • Quelles sont les propriétés physiques et l’évolution des briques qui ont formé les planètes terrestres ?
  • Est-ce que les géocroiseurs de classe primitive contiennent du matériau pré-solaire ?
  • Quelles sont la nature et l’origine de la matière organique dans les astéroïdes primitifs et comment peuvent-ils nous éclairer sur l’origine des molécules nécessaires à la vie ?

Pour suivre l’évènement : http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/

Contact LESIA

Antonella Barucci
Tel : 06 01 35 51 29